Archives de l’auteur : magazine

La photo de nuit en ville est facile

photo de nuit au Leica

La photo de nuit, c’est facile

Contrairement à ce que l’on peut lire dans d’innombrables sites qui veulent vous vendre au final un savant tutoriel, la photo de nuit n’a rien de compliqué. Regardez plutôt cette photo d’un café de Paris. Si elle vous plait, voici quelques détails sur la prise de vue: 3200 iso, vitesse 1/125 et ouverture à 3,4. Vous avez dit compliqué? Attention: on ne vous parle ici que des photos de nuit en ville. Si vous voulez photographier un clair de lune, c’est une autre affaire, et on vous en parlera un autre jour, avec des exemples à l’appui. Mais pour les photos de nuit en ville, inutile de vous munir d’un pied. Si vous avez peur des réglages, utilisez la fonction automatique de vos appareils comme vous le faites de jour, et le résultat sera parfait. La balance des blancs proposée par défaut étant suffisante dans la plupart des cas. Continuer la lecture

Donner du relief aux photos avec du bokeh

Un bokeh au téléobjectif

Un bokeh au téléobjectif

Le bokeh, arme secrète pour donner du relief aux photos

Il y a une manière très simple de donner du relief à vos photos sans être un génie: c’est de créer divers plans dans la photographie grâce à une faible profondeur de champ. Mais attention: si le sujet est trop prés et le diaphragme grand ouvert vous risquez de vous trouver avec un arrière plan tellement flouté qu’il ressemblera à des taches de couleurs informes. Et encore…
Alors commment faire? autant dire tout de suite que ce n’est pas possible (pour le moment) avec un smartphone. Mais n’importe quel appareil avec un capteur plus conséquent fera l’affaire. Chez Nikon par exemple les DX d’entrée de gamme sont parfaits – ou l’équivalent dans d’autres marques, on ne recommande dans ce site aucun fabriquant.
Postez vous à quelques dizaines de mètres de votre sujet principal – ici les policiers qui alignent les contraventions – , ouvrez au maximum l’objectif en utilisant si possible un zoom, genre 90 ou 100mm, et le tour sera joué. Je préconise un petit zoom pour que le flou d’arrière plan soit plus marqué qu’avec un 50mm, sans pour autant casser la perspective ( ce qui serait le cas avec une plus longue focale). Exercez vous, vous m’en donnerez des nouvelles.

Au Gogoland, la photo noir et blanc a la cote.

Un gogo, petit rappel,  est – dixit le Wiktionnaire  – « une personne crédule qui se laisse prendre facilement aux canulars et peut même devenir le dindon de la farce« .

Le Gogoland est donc le pays des gogos. Mais comprenons nous bien, la photo noir et blanc n’est pas de nos jours uniquement pratiquée par les  gogos. Il y a de grands photographes qui travaillent ou ont travaillé exclusivement en noir et blanc, et le Noir et Blanc permet des effets que la couleur ne peut atteindre. Mais pourquoi diable trouve t-on tant de photos noir et blanc sur les réseaux sociaux? La question mérite d’être posée.

Eh bien, c’est que le noir et blanc en photo ca fait chic, ca fait artiste, célébrité, et tout ce que vous voulez. Et comme le raconte très bien Guillaume Erner dans un petit essai paru chez Gallimard La souveraineté du people, la valeur « célébrité » a remplacé de nos jours la valeur talent.

Alors en matière de photos, comme dans d’autres domaines, certains veulent faire illusion, ou s’illusionnent eux mêmes..  Aux premiers, je souhaiterai « bonne chance » – Il y en a bien qui arrivent à se faire nommer ambassadeur de tel ou tel marque sans aucun talent – et aux autres de vraiment se demander si le noir et blanc leur apporte quelque chose.

Ce n’est pas parce que vous allez désaturer une image qu’elle sera une oeuvre d’art. Et les marques qui cherchent l’oiseau rare parmi ces centaines de milliers de blogeurs ou de photographes ne sont pas non plus des imbéciles. Elles savent en général parfaitement reconnaitre les images qui sortent un peu de l’ordinaire.

Alors arrêtez donc de croire aux miracles! Réfléchissez à deux fois avant de désaturer une image pour lui donner une allure pro. Cela ne fera pas illusion. Un bon photographe est un artiste et il y a très peu d’artistes en ce bas monde

Et un petit conseil en passant: réduisez donc aussi le volume de vos « photos de rue » ! Il n’y a plus rien d’original là dedans. N’est pas Cartier Bresson qui veut… alors, regardez donc cette belle image de Provence ! ne serait-il pas dommage de la désaturer en noir et blanc?

Des fraises au marché de Lorgues en Provence

Au marché de Lorgues en Provence

Photographier à l’hyperfocale avec le Leica M

Le Flore de Saint-Germain-des-Prés au Leica M

Jouer avec l’hyperfocale vous fera oublier une partie de vos soucis avec le Leica M. Ce mot barbare est la distance minimum à partir de laquelle le sujet est net, si on fait la mise au point sur l’infini. Et vous obtiendrez ainsi de bonnes photos, avec peut-être ce fameux velouté Leica qui vous a poussé à acheter l’appareil. Encore qu’il soit difficile de ce point de vue de faire la différence avec le haut de gamme de Nikon par exemple.

« Quand un sujet est en déplacement rapide et assez proche, la meilleure solution consiste à faire la mise au point sur une zone où il va passer, et à déclencher quant il apparaît dans le viseur écrit Jean-Marie Sepulchre dans son excellent livre sur le Leica M9, disponible en version numérique chez Eyrolles. Pour des scènes de rue ou de spectacle, on peut choisir une distance de mise au point moyenne et une ouverture assez petite pour assurer une bonne profondeur de champ, ce que l’on nomme utiliser l’hyperfocale. »

L’intérêt est ici d’avoir la plus grande profondeur de champ, en ne connaissant pas la distance exacte du sujet. Un intéressant calculateur de profondeur de champ est consultable sur le site http://www.dofmaster.com/dofjs.html. Dans la pratique un diaphragme entre 5,6 et 8 vous tirera d’affaire pour la plupart des photos de rue avec un 28 mm sur le Leica M.

Pour obtenir le fameux Bokeh Leica, il faudra par contre ouvrir au maximum…et faire la mise au point au télémètre, à moins de pouvoir estimer la distance avec un minimum de précision. Ce qui est tout à fait possible avec pas mal de pratique. Sans parler des photos de nuit, ou il vous faudra ouvrir au maximum… Pourquoi au maximum: par mesure de précaution: plus vous ouvrez, plus la vitesse d’obturation sera courte et vous évitera le bouger, car – ne l’oubliez pas – il n’y a pas de VR sur les objectifs montés sur le M.

Enregistrer