L’Equateur, un concentré d’Amérique du Sud

Des indigènes d'Otavalo, près de Quito
Indigènes allant à une fête religieuse près d’Otavalo dans la région de Quito

L’Equateur: un concentré d’Amérique Latine entre Sierra et Pacifique

Presque toutes les ambiances  sont présents dans ce petit pays, coincé entre le Pérou et la Colombie, dans le nord du continent latino-américain- sauf bien sûr les glaciers du grand sud qui sont l’apanage de l’Argentine et du Chili. Forêt amazonienne, ambiance tropicale sur la côte, magnifiques paysages de  montagnes et de volcans dans les Andes, communautés indigènes faciles d’accès, merveilles de l’architecture coloniale, sans compter une faune aviaire qui fascine ornithologues et amateurs, et bien sur les Iles Galapagos, avec ses oiseaux marins, ses otaries et tortues géantes, et un paysage stupéfiant. Alors on serait tenté te dire à tous les voyageurs pressés: restez donc une quinzaine de jours en Equateur au lieu de faire un « tour » épuisant dans plusieurs pays latino-américains…


Quito, bijou colonial de l’Amérique du Sud

La place San Francisco de QuitoQuito, capitale de l’Equateur, a un centre historique sans équivalent dans le reste de l’Amérique du Sud. Rien de mieux pour se plonger dans l’ambiance de la colonie espagnole... Quito est à 2800 mètres d’altitude, et certains voyageurs mettront quelques jours pour s’habituer. Il arrive qu’on soit mal à l’aise dans des lieux mal ventilés, mais rien à voir avec La Paz en Bolivie, ou Cuzco au Pérou, où il n’est pas rare d’avoir mal à la tête pendant plusieurs jours…


Cuenca une jolie petite ville coloniale dans le sud du pays

Cuenca

Cette jolie petite ville au charme colonial est facilement accessible de Quito par avion. Cuenca est dans une vallée a 2500 mètres d’altitude, mais  les amateurs d’aventure pourront aller a 20 kms de là, au Parque Nacional Cajas, découvrir de fantastiques paysages avec des lamas, des alpagas et des espèces rares d’oiseaux comme des colibris et des condors.  La meilleure période pour visiter cette région est entre aout et janvier.


Le meilleur guide sur l’Equateur: la Bibliothèque du Voyageur de Gallimard

Meilleur guide sur l'Equateur
Un excellent guide sur l’Equateur, le plus complet sur l’histoire et la culture de ce petit pays, qui est  un concentré d’Amérique du Sud, avec de fantastiques paysages, et une importante communauté indigène. Les itinéraires proposés sont bien construits et reflètent toute la variété de ce beau pays, secoué au cours des dernières années par de nombreuses crises politiques. Certaines appréciations sur l’Equateur contemporain mériteraient néanmoins d’être plus équilibrées…  Le guide  comprend une vingtaine de pages sur les îles Galapagos.

Equateur et Galapagos. Bibliothèque du voyageur. Gallimard.

 

 

 

 

 

 

 

Quito en Equateur: bijou colonial d’Amérique Latine

La place de l'indépendance à Quito
La place de l’indépendance à Quito

Même si Quito s’est considérablement développé au cours des derniéres décennies, la ville reste encore l’un des bijoux d’Amérique Latine grace à un centre historique magnifiquement restauré qui plonge le visiteur dans le décor de la période coloniale espagnole

Le souffle manque parfois en arrivant à Quito lorsqu’on monte dans la vieille ville par les petites rues du centre historique. La capitale de l’Equateur est à 2800 mètres, une altitude insignifiante comparée a celle de La Paz en Bolivie, ou des hauts plateaux du désert de l’Atacama dans le nord du Chili. Mais 2800 mètres n’est pas rien, et il faut en général bien 48 heures aux visiteurs européens pour s’accoutumer au manque d’oxygène.

Les rues étroites sont pavées, bordées de bâtiments blancs, et de belles demeures aux balcons fleuris, avec une population indigène venant de la campagne environnante. Les indiens d’Otavalo, avec leurs pantalons blancs, que l’on retrouve souvent en Europe comme musiciens de rue, sont à une heure de route environ de Quito, et le marché d’Otavalo, devenu trés touristique au cours des dernières années, est l’une des excursions favorites des touristes.

Au marché d'Otavalo, près de Quito
Au marché d’Otavalo, près de Quito

C’est la colonie espagnole que l’on retrouve à Quito, avec l’église de la compania de Jesus, prototype de l’art baroque quiteno et ses autels dorés a la feuille d’or. Les trésors les plus précieux de l’église, parmi lesquels, un tableau d’or et d’émeraudes, sont conservés dans les caves de la Banque centrale de l’Equateur et n’en sortent que lors des grandes fêtes réligieuses.

Le passé Inca a lui, par contre, complètement disparu, et il n’y a aucun reste de son patrimoine architectural. Mais la mémoire de l’empire a traversé les siècles. C’est à Quito en effet que s’était autoproclamé Inca, à la mort de son père, l’un des deux fils de Huayna Capac, le fameux Atahualpa qui allait être assassiné par le conquistador Pizarro sur la place de Cajamarca, dans le nord du Pérou….

La place San Francisco à Quito au coeur du quartier colonial
La place San Francisco à Quito

Photos Copyright Myriam Burneo

Cuenca: l’une des villes les plus fascinantes d’Equateur

La ville de Cuenca dans le sud de l'Equateur

Les conquistadors espagnols furent émerveillés lorsqu’ils arrivèrent à Tumipampa, rebaptisée Tomebamba, et devenue plus tard Cuenca.

De nombreuses maisons avaient des façades incrustées d’émeraudes et de pierres précieuses, écrit un chroniqueur de l’époque, les murs du temple du soleil et des palais des seigneurs incas étaient recouverts de feuilles d’or fins et décorés avec de nombreuses statues en or.Il ne reste rien à Cuenca de ce riche passé, juste quelques restes de murs incas, découverts par les archéologues avec quelques poteries et autres vestiges.

Mais Cuenca n’a par contre rien perdu de son atmosphère et architecture coloniale, moins spectaculaire néanmoins qu’à Quito. Rues pavées, patios, petites plazas, et façades de maisons blanchies à la chaux, avec des balcons en fer forgé: le centre historique de la petite ville est splendide.

Cuenca, centre économique du sud de l’Equateur, a une importante production artisanale, avec certains ateliers qui ont acquis depuis de nombreuses années une réputation qui a dépassé les frontières de l’Equateur. C’est le cas par exemple de celui de Eduardo Vega.

cuenca-edificios

 

 

Un service de café des ateliers Vega de Cuenca
Un service de café des ateliers Vega des années 70

Photographies: Copyright Myriam Burneo