Saint-Tropez et l’esprit tropézien


La terrasse de Sénéquier à Saint-Tropez

La terrasse de Sénéquier à Saint-Tropez

L’esprit tropézien est-il en voie de disparition

L’esprit tropézien est-il une espèce en voie de disparition? Peut-être, car les nouveaux riches des pays émergents qui font vivre Saint-Tropez ont un autre cadre de référence ..les nouveaux riches chinois mélangent ainsi parfois les grands crus de Bourgogne avec du coca cola. Mais en dépit de tout cela, chaque année, Saint-Tropez fait toujours vibrer l’été. Existe t-il un style,un esprit tropézien? Saint-Tropez, est synonyme de fiesta nonchalante, de sexe et d’argent facile et assume son statut. Jet-setters, écrivains à succès, financiers internationaux, hommes politiques, toute la planète – ou presque- succombe à son charme. On se déplace en hélicoptère, on amarre son yacht devant la plage de Pampelonne pour déjeuner au Club 55 de sardines fraîches- ou de homard – avec le rosé du patron ou du Dom Pérignon. Milliardaires, riches et moins riches, se retrouvent tous sur les plages privées de Pampelonne, avec les plus belles filles du monde. C’est ça l’esprit tropézien..

Guides de tourisme internationaux et magazines people y vont chaque année de leur refrain sur le plaisir qu’auraient les Tropéziens à voir et être vus. Rien de plus faux pour les vrais Tropéziens  qui adorent simplement se promener le soir « à la fraîche » et rencontrer leurs amis aux terrasses des cafés mais également pour le gotha de la dolce vita mondiale qui y élit domicile pendant les mois d’été. Ces derniers font la fête dans leurs somptueuses villas et n’apparaissent que rarement là où des milliers de touristes français et étrangers font le pied de grue pour apercevoir une célébrité. Croiser un acteur de cinéma américain devant Sennequier reste possible. Encore faut-il le reconnaître….

Saint-Tropez petit port de pêche du sud de la France devint célèbre dans les années 50 grâce à une pléiade d’artistes, d’écrivains,et d’hédonistes qui adoraient ses places ombragées, ses petites rues, et la belle plage de sable blond de Pampelonne. Brigitte Bardot, Juliette Gréco, Boris Vian, Picasso, et Prévert transformèrent Saint-Tropez en « Saint-Trop »qui devint par la force des choses un produit marketing. Mais le charme opère toujours. Un paradoxe qui participe à la magie du lieu.

Les petites rues qui descendent au port sont garnies des mêmes boutiques de mode qu’à Saint-Germain-des-Prés mais Saint-Tropez n’a pas été détruit par la spéculation immobilière. Les routes des plages bordent toujours comme il y a cinquante ans les champs d’oliviers, pins florentins, et vignobles. Le peintre Signac n’y verrait rien de changé… ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *