Photo de rue avec un Leica

Vue de nuit de la rue du Dragon à Saint-Germain-des-prés

Vue de nuit de la rue du Dragon à Saint-Germain-des-prés au Leica M

Contester la suprématie d’un Leica pour la photo de rue, devenue très à la mode au cours des dernières années ( en noir et blanc s’il vous plait) a de nos jours tout d’un sacrilège. D’autant plus que c’est, avec la qualité des objectifs, l’un des arguments massifs de la firme allemande. Les boitiers Leica héritiers des grands ancêtres du passé seraient les appareils idéaux pour figer l’instant décisif. Un concept popularisé par un des grands photographes du siècle passé Henri Cartier Bresson.

Le Leica M serait particulièrement adapté à ce genre de photos parce qu’il serait petit, silencieux, et discret – surtout quand il n’a pas sa fameuse pastille rouge. On bénéficierait en plus grâce à cet appareil d’un avantage incomparable, en pouvant observer à travers le viseur ce qui se passe en dehors du champ de la photo. Impossible avec un Reflex ou la visée est précisément faite à travers l’objectif. Tentant, non? surtout quand on pense aux trois kilos d’un Reflex Pro.

Mais qu’en est-il exactement? Le Leica M est bien sur beaucoup plus discret en raison de sa taille qu’un haut de gamme Reflex de Canon ou Nikon. Mais on perd en préparation l’effet de surprise. A moins d’être devenu un as en matière d’hyperfocale ou d’avoir appris à bien estimer les distances, vous aurez besoin de quelques secondes pour régler la distance avec la visée télémétrique. Fini la discrétion..

Et la situation sera alors beaucoup plus délicate qu’au début du 20e siècle…car tout le monde prend maintenant des photos. Et parce que tout le monde est très soucieux également de sa vie privée, Monsieur tout le monde n’aura aucune envie de voir à quelques mètres un individu braquant un appareil dans sa direction. Aussi discret soit-il. Même si c’est un Leica. L’argument de la discrétion fait donc débat.

Et le « silence »? En théorie, c’est effectivement un plus. Mais allez donc faire des photos dans une salle de théâtre ou un concert sans autorisation, avec ou sans Leica, vous m’en donnerez des nouvelles.

La photo de rue de nos jours, que les fans de Leica le veuillent ou non, est beaucoup plus facile avec un Nikon Pro muni d’un téléobjectif puissant, comme par exemple un 300mm. Tout le monde vous dira, que saisir l’instant décisif de nos jours est plus facile avec ce type d’équipement, pour la simple raison que personne ne vous remarque…vous êtes si loin.

Un zoom 70-300 de Nikon valait en 2015 presque 5 fois moins cher qu’un objectif Leica, pour de superbes images…

Mais les objectifs Leica à l’encombrement réduit donnent aux images un velouté exceptionnel, et il est bien tentant de les utiliser … même si cela est moins « facile ». Le résultat en vaut peut-être la peine.

3 réflexions au sujet de « Photo de rue avec un Leica »

  1. PILET eric

    Je viens pour ma part d’un olympus analogique, puis d’un fuji s5pro avec son grip (appareil gros et lourd, mais top en gestion des blancs), puis d’un Leica bridge vlux 114.

    Et depuis, un Leica M8 et un M9.

    Tout change effectivement, on ne recherche plus la prouesse technique (gestion des cas difficiles, gestion des blancs, gestion des isos, photo de nuit techniquement impossible, etc.) Mais à faire de belles photographies ou est alié l’émotion, le velouté, et une certaine magie.

    Les manquements techniques se font vite oublier, et on redeviens photographe et non testeur de materiel, l’humilité sera de mise

    Bonnes photos!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *