Les palais de Piacenza

Piacenza est une petite ville italienne constellée de palais, d’églises, et de musées.

Dans le centre historique de Piacenza

On peut y séjourner plusieurs jours si l’on a la capacité de s’émerveiller chaque jour d’un détail de fresque ou d’une colonnade aperçue dans un patio. A ne pas louper mais cela serait difficile, les deux monuments équestres à la gloire de la famille Farnese sur la place des chevaux, la Piazza dei cavalli. Tout est en mouvement dans ces statues monumentales les manteaux des cavaliers et même les queues des animaux. Mais le charme de la ville sont ses dizaines de palais et d’églises de la renaissance que l’on découvre en flânant dans le centre historique que l’on peut facilement découvrir à pied.

Le centre historique de Piacenza a conservé son plan antique, avec des édifices du Moyen Age et de la Renaissance et sur la Piazza dei Cavalli, des statues équestres d’Alexandre Farnese et de son fis Ranuccio, rappellent aux habitants le souvenir des ducs de Parme qui dirigèrent la ville au 16e et 17e siècle.

Les abords de la ville sont peu engageants. Des enchevêtrements de zones commerciales avec même dans certains secteurs des hauts fourneaux. Mais le charme opère dès que l’on a réussi a pénétrer sans encombre dans le centre historique où le GPS s’affole pour trouver les bonnes directions au milieu de tous les sens interdits.

La petite ville de Piacenza colonie romaine au 3e siècle joua un rôle important dans la défense de Rome face à Hannibal. Elle fit partie entre 1545 et 1732 du duché de Parme et de Plaisance sous la domination des Farnese, avant de passer sous celle des Bourbons en 1732.

Après la reconquête de la ville par Francesco Sforza en 1447, Piacenza fut livrée au pillage et tellement dévastée qu’elle resta déserte pendant de longues années et dut être repeuplée de force. Jacob Burckhardt, l’historien de la renaissance italienne, raconte qu’en 1478, la populace était tellement superstitieuse qu’elle s’était mise dans la tête qu’il fallait déterrer le corps d’un usurier afin de mettre un terme aux pluies torrentielles qui s’abattaient sur la ville. L’évêque refusant de céder à la foule, des jeunes s’emparèrent du cadavre, le promenèrent dans les rues sous les insultes de ses anciens débiteurs puis le jetèrent dans le Po. Selon des chroniqueurs de l’époque, les pluies cessèrent alors presque immédiatement…

Se loger à Piacenza

Pour se loger, il n’y a guère de choix: le « meilleur hôtel » du centre historique est le Grande Albergo Roma qui est idéalement situé à deux pas de la Piazza dei Cavalli. Il a connu son heure de gloire, mais mériterait pas mal d’investissement et une direction sans doute plus motivée pour retrouver ses fastes d’antan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *