Valparaiso: rêve et réalité

Une rue du centre de Valparaiso

Valparaiso fait rêver, mais vous serez peut-être décus. La température de l’eau, même en plein été, avoisine les 15 degrés, et des odeurs de poissons pourris remontent souvent des calanques. Beaucoup de rues sont mal entretenues, certaines maisons tombent en ruine et la petite délinquance n’est pas non plus négligeable.

Mais la ville bouge, avec peintures murales, bistrots, bars, et galeries d’art. Certains adorent, d’autres sont plus réservés et repartiront de la ville avec un peu de nostalgie de son faste passé. Voire même dégoutés par la crasse et la chasse aux touristes. le port de Valparaiso en été dans le brume Valparaiso enthousiasme certains touristes, mais les Chiliens sont plus réservés. Il y fait frais, voire froid, même en plein été, avec des nappes de brume qui peinent à se dissiper alors qu’un soleil torride règne sur Santiago. Mais Valparaiso, ses collines, ses maisons colorées, et son quartier historique, avec de monumentaux édifices de la fin du 19 e siècle, fait rêver tous ceux qui se souviennent de son glorieux passé. La ville fut à l’apogée de son développement le port marchand le plus important sur les routes maritimes reliant le Pacifique et l’Altantique via le détroit de Magellan. Ce rôle disparut petit à petit à partir de l’ouverture en 1914 du Canal de Panama. Valparaiso-pergola Située à environ 100 km de Santiago Valparaiso est formé d’une baie, d’une étroite plaine côtière et d’une série de collines. Le site classé sur la Liste du patrimoine mondial de l’Uneso se trouve entre la mer et la première terrasse, dans la zone que la ville occupa à ses débuts . On y retrouvera des édifices typiques de l’architecture portuaire du 19e siècle, ainsi que des quartiers entiers planifiés et développés par les immigrants allemands et anglais venus travailler dans la ville à l’époque de sa splendeur, des places , des promenades, des allées, des escaliers et bien sûr, les célèbres funiculaires qui figurent sur toutes les cartes postales de la ville. Malgré quelques efforts, l’impression générale est néanmoins celle du délabrement. Un kiosque dans le centre de Valparaiso

3 réflexions au sujet de « Valparaiso: rêve et réalité »

  1. Ping : Chili: excursions d'une journée au départ de Santiago

  2. Cyfadelusa

    Tout ce que j’ai pu voir des villes chiliennes mêlait modernité et délabrement. Richesse et pauvreté.
    La maison de Pablo Neruda et le palais Baburizza valent le détour. Le ceviche du port aussi.
    Les quartiers pauvres ont leurs réelles couleurs. De même à Santiago, il vaut mieux se balader dans le quartier du nord-ouest de San Cristobal et délaisser le sud-est de cette même colline.
    (Ortographe: ‘reigne’, non: ‘règne’ oui)

    Répondre
    1. magazine Auteur de l’article

      Merci pour « règne »…. quelle horreur!!
      A propos de « Ortographe », ne serait-ce pas plutôt « orthographe »?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *