Vienne en Autriche: hôtel Méridien

L’hôtel Méridien de Vienne (Autriche), pourtant admirablement situé à quelques minutes à pied du Graben et de la Stephanplatz, est le genre d’hôtel où certains clients n’auront pas envie de revenir.

« Question de goût » dit la jeune femme de la réception quand on lui fait part de sa surprise en pénétrant pour la première fois dans le lobby de l’hôtel, accueilli par une musique de fond style « discothèque », des couleurs criardes et quelques « oeuvres d’art  » disséminées ici et là. « Geschmacksache » – question de goût en effet, et les viennois qui ont pourtant le sens de l’art…et de la fête ne semblent pas spécialement apprécier. Pendant les deux jours ou nous avons séjourné à l’hôtel, en juillet 2014, le bar de l’hôtel Méridien était désespérément vide, alors que les clients se pressaient par exemple au Vestibul de la Hofburg.

Des prestations à revoir

Au lieu de tenter de nous faire avaler de pseudo nourritures culturelles, l’hôtel Méridien devrait plutôt s’attacher à soigner par exemple l’offre de son buffet au petit déjeuner. Est-il par exemple acceptable que l’on ne propose pas dans ce 5 étoiles des jus d’orange pressés au buffet du petit déjeuner? Est-ce acceptable qu’il faille réclamer du vrai café, au lieu d’aller se servir à une machine? Vienne est pourtant célèbre dans le monde entier…précisement pour ses cafés.

Chambres confortables

Les chambres du Méridien sont confortables – la literie est excellente – mais la vue des fenêtres de certaines d’entre elles est tronquée, comme si l’on avait voulu gagner quelques étages de plus au cours de la restructuration de l’hôtel. Quant au mobilier- c’est sans doute là aussi une « question de goût » – mais on se permettra néanmoins de douter de l’émotion artistique que peut provoquer l’incrustation d’une nature morte, en l’occurrence une belle salade, dans un espace vitré, sur la desserte d’une commode.

Mélange des genres discutable

Tout ceci, selon le site de l’hôtel, viserait a rapprocher la clientèle de la vie artistique viennoise, mais d’aucuns estimeront que les artistes autrichiens ayant participé à cette expérience, auraient peut-être été mieux inspirés de choisir un espace ad hoc pour exposer leurs oeuvres plutôt que se de prêter à ce mélange des genres. Si l’hôtel voulait intégrer l’art moderne à ses espaces, il fallait le faire avec talent et sans doute également avec moins de prétention…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *